À en croire le cabinet ABI Search, 72 millions de téléphones portables sont jetés dans le monde chaque année. Ce chiffre mirobolant représente alors 6% des 1,2 milliards de téléphones portables vendues annuellement.

C’est une source de pollution grave et croissante : au fur et à mesure que la technologie envahit notre vie, les déchets électroniques eux foisonnent. Leurs composants chimiques, plastiques et métalliques ne sont certainement pas biodégradables, mais au contraire contaminent lourdement et durablement notre environnement.

Mais heureusement en France, nous n’avons pas ce problème. Quoi que…

Sur les 25 millions de téléphone vendus l’an dernier, seuls 1,5 millions de téléphones portables ont été collectés dans l’hexagone par les opérateurs français*.

Cela est d’autant plus intolérable que ces téléphones peuvent être encore utilisés sous diverses formes.

Remanufacturés (c’est-à-dire remis en fonction), ils peuvent retrouver leur fonction originelle et bénéficier à des populations pour lesquelles les équipements neufs sont trop onéreux.

Recyclés, ils peuvent servir à fabriquer de nouveaux appareils, sans pour autant surexploiter les ressources naturelles. Dans une logique d’économie circulaire, ces 50 000 téléphones portables recyclés permettent de récupérer 1kg d’or et 10kg d’argent, mais aussi de nombreux métaux rares comme le cuivre ou le coltan parmi la quarantaine présente dans les circuits internes !

Ceci est d’autant plus insupportable que donner une seconde vie à son téléphone est désormais facile : il existe de nombreux prestataires, parmi lesquels VOLPY bien sûr, qui proposent de reprendre votre vieux mobile. La revente de ces objets est un jeu auquel vous pourrez la plupart du temps gagner de coquettes sommes.

Lorsque votre téléphone n’a plus de valeur marchande, chez VOLPY, nous le reprenons à titre gracieux pour le retraiter à nos frais et nous assurer qu’il bénéficie malgré tout d’une seconde vie : utilisé par quelqu’un qui en a besoin ou réincarné en nouvel appareil électronique.

Limiter les déchets électroniques, limiter la ponction excessive sur les ressources naturelles, c’est un projet que nous pouvons réussir ensemble.

 

* source Fédération Française des Télécoms