On est nombreux à vouloir vendre notre ancien smartphone au plus vite et à se ruer sur le nouveau smartphone à la mode dès sa sortie, voire à le précommander. Mais ne dit-on pas que “la curiosité est un vilain défaut” ? La preuve…

Qu’est-ce qu’un “early adopter” ?

Un early adopter (encore un nouveau mot, en anglais en plus) est un individu qui a pour habitude d’acheter automatiquement dès leur sortie les nouveaux produits d’une catégorie donnée. Dans notre cas, bien évidemment, on parlera de smartphones.

Pourquoi avons-nous tous un côté early adopter ? Parce qu’on aime la nouveauté, on est curieux de voir “ce que ça vaut vraiment”, pour être avant-gardiste. Il y a tout un tas de raisons ! Mais ces raisons sont-elles vraiment valables ? Devons-nous vraiment nous ruer sur les premières séries ? Il est tellement difficile de résister à la tentation d’acquérir le dernier smartphone…

 

L’exemple du Samsung S8 et S8+…

Après le flop du Galaxy Note 7, Samsung n’avait nullement droit à l’erreur. Sortis le 21 avril dernier, le Samsung S8 et le S8+ étaient attendus au tournant ! Si aucun défaut majeur de l’ordre du celui du Note 7 n’a été détecté, quelques bugs ont fait leur apparition dès la sortie des deux smartphones. Certains early adopters ont eu la malchance d’en faire l’expérience : une légère teinte rouge est apparue sur l’écran de certains modèles. Mais le géant coréen a su rebondir et une mise à jour est d’ores et déjà prévu pour corriger ce souci.

Ce n’est pas le seul problème : certains utilisateurs ne parviennent pas à recharger correctement leur smartphone avec la recharge sans fil. En cause ? Un mauvais respect de la norme de la part de Samsung peut-etre. On ne sait pas, à l’heure qu’il est, s’il s’agit d’un souci matériel ou logiciel.

Enfin -pour finir de vous décourager d’acheter un S8 ou un S8+-, le Galaxy S8 n’est pas tout à fait le même que celui présenté lors de la conférence. Samsung accuse aussi un retard dans le développement de son assistant Bixby. Ce dernier est un outil très cher, à tel point que le fabricant a décidé de lui créer un bouton spécial sur le flanc du smartphone.

… et celui du Huawei P10

En croissance, la demande de smartphone Huawei pose quelques petits soucis à la marque chinoise. Elle affirme ne pas avoir assez de composants en stock afin de répondre à la demande de P10 et P10 Plus. Huawei a donc décidé de s’approvisionner avec des composants de moins bonne qualité. Au final, certains modèles présentes plus de lenteurs que d’autres.

Ce n’est pas tout, l’écran des Huawei P10 actuellement commercialisé ne bénéficie pas d’un traitement oléophobique, comme on le retrouve sur un grand nombre de smartphones. “Traitement oléoquoi ?” Le traitement oléophobique c’est ce qui permet de limiter la trace des doigts que l’on laisse sur l’écran !

Les nouveaux P10 devraient s’en acquérir. Désolé pour les early adopters qui n’en bénéficieront pas.

Le bilan de Volpy

Alors, être un early adopter, c’est une bonne ou une mauvaise idée ? Je dirais : tout dépend dans quel sens on prend le problème ! C’est une bonne idée si on ne se souci que du caractère esthétique : on a le dernier smartphone du marché, on est à la mode, le reste -les bugs quoi- on s’en fiche ! Pour ceux qui sont un peu plus techos, mauvaise idée ! Les premières séries présentent toujours des soucis, qui sont améliorés par la suite. Dans ce cas, mieux vaut attendre quelques temps des améliorations, et en plus, la marque pratiquera un prix plus bas -quand on sait combien coûte un smartphone dès sa sortie ce n’est pas négligeable…-.

apple android